>

Réunion publique à Montsalvy (Cantal) - 2019

Samedi 9 mars 2019, la salle Polyvalente de Monsalvy a accueilli une réunion d'information et d'échange à l'appel de Vent debout 15, comité de vigilance contre le saccage des départements du sud du Massif Central par l'installation d'aérogénérateurs (éoliennes industrielles).

Réunion à Montsalvy-éoliennes dangerRéunion à Montsalvy-éoliennes danger
Communications de Marcelle Arguel et Jean Marty venus du Lévézou (Aveyron) après une présentation de Jean-Claude Muet de Vent debout 15

Le caractère d'urgence de cette initiative provient d'une offensive de grande ampleur des opérateurs éoliens visant la Châtaigneraie cantalienne. — L'ensemble des projets d'implantation concernerait 180 mats éoliens, avec des dispositifs de dernière génération culminant à 232 m en haut de pâle (soit plus haut que la Tour Montparnasse — qui mesure 210 m —, plus haut qu'une demie-Tour Eiffel). — Étant donné le gigantisme des constructions et leur nombre, vu la qualité rurale et champêtre, les formes et les couleurs du territoire concerné, il semble légitime de qualifier d'ACTION DE SALUT PUBLIC la prise de conscience qui s'impose, les refus qu'appellent ces projets ainsi que la résistance à opposer aux gros moyens des promoteurs !

Chataigneraie cantalienneéolienne format tour EiffelMélièsl
La chataigneraie cantalienne auvergne paysage cantal landscape france. (Source :Hmwk, Clermont-Ferrand)

Dans la phase actuelle, les promoteurs sont en prospection pour tenter d'obtenir des signatures. Un temps abandonnés, certains projets, sont remis au goût du jour, comme à Marcolès. Dans cette commune, le maire dit avoir reçu douze promoteurs différents en un peu plus d'une année. — Ci-dessous, un récapitulatif fourni par Vent de la Châtaigne.

En Châtaigneraie Cantalienne :

  • Parc existant :
    commune de Saint-Saury, 7 éoliennes
  • Parcs en cours de création (dossiers en cours d'instruction) :
    commune de Parlan-Roumégoux-Saint-Saury : 5 éoliennes, communes de Siran-Glénat : 7 éoliennes
  • Parcs en cours de création (dossiers en cours d'instruction) sur départements limitrophes :
    communes de Lamativie-Comiac (Lot) 5 éoliennes, et communes de Mercoeur-Sexcles-Camps (Corrèze) 10 éoliennes
  • Prospections récentes :
    communes de Boisset-Vitrac-Saint-Mamet, commune de Vitrac, communes de Marcolès-Prunet-Roanne-Saint-Mary-Lafeuillade-Lacapelle, commune de Marcolès, communes de Junhac-Cassaniouze (limitrophe Aveyron), commune de Labesserette
  • Prospections plus anciennes :
    commune de Ladinhac
Signalons que le président de la Communauté de Communes de la Châtaigneraie Cantalienne, maire de Parlan, soutient fortement les implantations de centrales éoliennes.

Châtaigneraie parcs éoliensCantal
Chataigneraie cantaliennesLa Châtaigneraie n'est pas classée parmi les espaces "emblématiques" du département. Située hors des périmètres d'élite auxquels sont accordés de hauts quartiers de noblesse — comme les monts du Cantal, les monts du Cézallier, les monts de la Margeride, les gorges du Bez, l'Aubrac —, elle fait partie de ces territoires jugés de plus basse extraction (surtout par ceux qui ne les connaissent pas), un territoire roturier en quelque sorte. — Selon une vision hiérarchique de l'aménagement des territoires, certains chefs-d'œuvres naturels sont protégés car considérés comme stars du patrimoine. D'autres sont livrés à la colonisation par les turbines en plein ciel. N'est ce pas comme si on protégeait le musée du Louvre et les châteaux de la Loire et qu'on livrait aux vandales les collections des musées de province ?

Les promoteurs ont une longueur d'avance

Marcelle Arguel et Jean Marty avaient apporté avec eux un documentaire intitulé Vents forts sur le Lévézou. En visionnant ce film nous rendons visite à des familles résidant sous l'ombre portée des aérogénérateurs. Des élus municipaux nous expliquent également pourquoi l'implantation de 94 éoliennes (63 sur la communauté de communes Lévézou-Pareloup et 24 sur la communauté voisine) fut un véritable jeu de dupes. — Une des forces dont disposent les opérateurs éoliens provient de l'argument écologique qui agit sur l'opinion d'un poids écrasant dans sa version binaire. Le discours médiatique prend rarement le temps de complexifier son propos et nourrit l'opinion des demis-habiles. Ces derniers — à la catégorie desquels en ce domaine, nous avons été nombreux à appartenir avant de comprendre de quoi il retournait —, sont souvent d'autant plus fiers de leur chemin à demi-parcouru qu'ils s'honorent de leur supériorité morale et intellectuelle par rapport aux climato-indifférents.

Enquête vidéo : Vent fort sur le Lévézou.

Dans le film, une adolescente du Lévézou portant, comme sa famille, un regard défavorable sur les éoliennes plantées dans son environnement est ramenée à la "juste raison" par son professeur. Pour celui-ci, UNE seule idée : face aux enjeux climatiques il n'y à pas à tergiverser, les éoliennes vont dans le sens de l'histoire et la famille en question ne saurait être qu'égoïste, rétrograde — peut-être un cas typique de sous-développement paysan. — Cette anecdote date d'il y a plusieurs années (le film date de 2010). Le donneur de leçon aura-t-il nuancé son opinion en constatant les résultats dans la phase actuelle ?

Réunion à Montsalvy-éoliennes danger

Les promoteurs disposent de cadres juridiques de plus en plus favorables. En 2013, la distance implantations-logements est réduite ; le nombre minimal d'éoliennes antérieurement fixé à cinq mats est supprimé, ce qui favorise le mitage.

Voir à ce sujet le compte-rendu de la réunion précédente tenue à Monsalvy en 2015.

Par un décret publié en décembre 2018 sous l'égide du ministre de Rugy, les voies de recours se réduisent et deviennent plus compliquées pour les associations.

Sur ce sujet où se joue l'étendue de l'état de droit et l'accès citoyen à la justice, on peut consulter actu-environnement.com : "Eolien terrestre : le gouvernement publie le décret destiné à accélérer les contentieux. La suppression d'un degré de juridiction et la cristallisation des moyens dans les contentieux éoliens sont actés par un décret paru le 1er décembre. A la grande satisfaction des professionnels de l'éolien et au grand dam des antis."

Autre argument de poids des promoteurs, les loyers qu'ils proposent aux propriétaires de terrains et les reversements aux collectivités locales. — Ces loyers et reversements proviennent d'une partie des revenus engrangés par les producteurs d'électricité éolienne. Ces revenus sont artificiellement gonflés car l'énergie leur est rachetée plus cher que le prix standard. Le niveau de prix dont bénéficient les producteurs éoliens provient d'un transfert d'argent pris directement dans la poche de tous les consommateurs sous la forme d'une taxe au nom insignifiant : contribution au service public d'électricité, CSPE.

Voir à ce sujet l'explication donnée lors de la réunion précédente tenue à Monsalvy en 2015.
Précision : la CSPE ne finance pas uniquement l'éolien. À ce sujet, EDF nous propose de consulter son schéma de budget prévisionnel. En 2019, il est prévu que la part de cette taxe destinée aux producteurs d'électricité éolienne se monte à 1,3 milliard d'euros. Lien vers le site d'EDF : Evolution de la contribution au service public de l'électricite (CSPE) au 1er janvier 2019)


Cette contribution sera-t-elle enfin cernée pour ce qu'elle est par une majorité de contributeurs contraints ? — Les "assistés" ne sont pas ceux qu'on croit. Est-il exagéré de dire que l'éolien néo-libéral profite d'un racket sur le dos des consommateurs ? Pour réduire l'empreinte carbone au prix du saccage des belles œuvres de la planète, ces destructeurs de biens communs ont droit à une subvention que les consommateurs sont obligés de leur offrir. S'agit-là d'autre chose que d'un détournement légal d'argent au bénéfice d'accumulateurs de profits privés ? La CSPE est une subvention "philanthropique" pour favoriser ceux qui entreprennent sans état d'âme de  vandaliser la planète au nom du sauvetage de la planète.

Les dispositifs de soutien aux renouvelables évoluent à peu près tous les deux ans. Mais, dans l'ensemble, le secteur entièrement privé (à part EDF renouvelables) de la production éolienne d'électricité ne s'est développé et ne continue à se développer qu'avec des dons massifs d'argent public. — Obligation d'achat par le distributeur (EDF) aux exploitants de toute l'énergie produite (Cette obligation d'achat ne concerne pas uniquement l'éolien. Concernant l'éolien, il semble que, depuis 2017, seuls l'éolien en mer et dans les Outre-mer en bénéficient. Voir Article D314-15. Modifié par Décret n°2017-676 du 28 avril 2017 - art. 1), tarifs garantis pendant quinze ans, complément de rémunération... Sur ces dispositifs de soutien de la filière, on peut consulter cette page de France Energie Eolienne, association de professionnels pour la promotion de leur industrie.
Dossier sur divers aspect de l'industrie éolienne dont les aspects financiers : Reporterre.
Site de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Sous le statut d'autorité administrative indépendante, cette organisation veille au bon fonctionnement des marchés de l'électricité et du gaz en France.


Mme Arguel (conseillère à Curan, Aveyron) explique que l'argent reçu suite aux implantations ne constitue pas, sur le plan financier, un pur gain. En effet, en s'enrichissant financièrement sur un tableau, les communes pauvres perdent des subventions qu'elles recevaient en tant que commune pauvres. D'autre part, selon Mme Arguel, l'argent reçu trop facilement est "parfois dépensé un peu trop facilement". Elle constate également que quand on a un peu moins d'argent, "on travaille mieux les dossiers". Elle explique aussi que la richesse d'une commune provient de la dynamique des associations et qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de budjet.

Le mensonge comme facteur de production

"Il me disait que moi en parlant je faisais plus de bruit qu'une éolienne"
Il : un technico commercial de l'industrie éolienne.
Moi : une propriétaire-résidente dans le Lévézou.
"On s'est bien foutu de nous !" conclut la même personne.

Entre le produit annoncé et le dispositif installé, la différence a été considérable. Il s'agissait d'une époque où les bonimenteurs pouvaient mentir avec impudence sur les effets de proximité des implantations. Espérons que, l'expérience aidant, l'imprudence compréhensible des débuts sera éclairée par les déconvenues passées et les réveils douloureux.

Mais certaines méthodes visant à soutirer les signatures risquent de perdurer si on n'alerte pas à leur sujet. Demandant un "simple" droit à étude des conditions atmosphériques avec pose d'un mât de mesure, les démarcheurs ont piégé nombre de propriétaires et élus locaux. Ils laisaient entendre qu'il ne s'agissait que d'une autorisation pour faire des tests, avant que les signataires ne réalisent qu'ils avaient souscrit à une "promesse de bail irrévocable".

Un problème sur lequel les propriétaires de terrains et les élus locaux furent mal prévenus concerne le démantèlement des parcs éoliens en fin d'exploitation. En août 2011, un décret d'application du code de l'environnement précise que la responsabilité du démantèlement revient à l'exploitant. Une provision doit être bloquée à cette fin. Mais, envisageant la défaillance de l'opérateur à assurer le démontage et l'évacuation de milliers de tonnes de métal, de béton, de matériaux composites, d'huile, de nombreux acteurs locaux craignent que ce fardeau n'incombe à la collectivité. Selon Marcelle Arguel : "L'argent perçu à court-terme masque une catastrophe à long-terme". De quoi rectifier l'argument de soutenabilité.

Voir à ce sujet, sur Vent de Trizac : Pourquoi les promoteurs éoliens louent-ils la terre au lieu de l’acheter ?
Décret du du 23 août 2011 portant sur le démantèlement, reproduit sur un site de l'Institut de la Francophonie pour le Développement Durable.
Article sur le démantèlement (18 Fév 2019) sur un site-tribune des industries dites vertes. "A cet effet, les promoteurs doivent, au moment de la construction d’un parc, provisionner une somme de 50.000 € par éolienne pour son futur démantèlement. Les premiers démontages effectués en France ont montré que ce montant correspond au coût réel."
Cette somme ne correspond pas au montant de ce devis réalisé en 2014 et publié par le département de l'Aisne (Voir Vent de Trizac en lien ci-dessus).

Réunion à Montsalvy-éoliennes danger
Christine Guérin représente Agir pour la Xaintrie. Elle intervient sur l'enjeu local du projet visant le sud de la Dordogne (voir ci-dessous) . Avec ardeur, elle souligne l'importance des mobilisations locales et de l'expression directe des habitants. Ces mobilisations pèsent fortement dans les décisions préfectorales et même devant les tribunaux. — Comme d'autres intervenants, elle souligne les jeux de capitaux mondialisés qui, au gré des stratégies, transfèrent les parcs éoliens de propriétaires en propriétaires. Les parcs éoliens sont revendus entre PME, les PME les revendent ou se revendent elles-mêmes à des compagnies multinationales (Veolia Environnement, Total, Shell...). — Elle met aussi l'accent sur la culture insincère et la duperie des financements participatifs (voir ci-dessous).

Les industriels baignent dans une soupe de présentations biaisées qu'ils sont experts à cuisiner : remodelage cosmétique de l'identité des entreprises, purification d'image et verdissement d'activités sales dans une instrumentalisation de l'éolien par des sociétés d'hydrocarbures, par des transporteurs pollueurs, ou des enseignes commerciales en quête de diversification et d'effet marketing. Mme Guérin insiste sur ces points. De tels investisseurs éoliens, en plus de la rentabilité d'un secteur subventionné, utilisent le décor écologique pour des campagnes promotionnelles directes ou induites (journalisme-chambre d'écho). De tels investissements servent-ils aussi comme optimisation fiscale, gains de droits à polluer, récupération de crédits carbone ?

Sur ces sujets (^^), liens et références en préparation.

Une nouvelle forme de piège apparaît dans la tentative d'appuyer les parcs éoliens sur un "financement participatif", avec retour financier sous forme d'intérêts. — À la rhétorique consensuelle du renouvelable s'ajoute la rhétorique en vogue du participatif. — En voulant diluer la responsabilité du fléau, le capitalisme éolien cherche à faire éclore une complicité de petits porteurs. Bien que légal, cet intéressement ressemble fort à la technique classique et éprouvée des politiciens véreux, des mafieux et autres narcotrafiquants qui pratiquent le "clientélisme" sur des territoires locaux. — Agir pour la Xaintrie alerte sur cette stratégie en ces termes : "en collaborant avec les promoteurs (...) les communes et petits investisseurs locaux s'engagent dans le processus de dépossession consenti, les bernés (...) sont les jouets de leurs exploiteurs."

Site de Lendosphère — "Chez Lendosphere nous croyons que le financement participatif constitue une opportunité extraordinaire de sensibiliser et de fédérer une communauté très large au développement durable."
Sud-Ouest, le 06/02/2017. — "Médoc : le financement participatif du parc photovoltaïque de Brach cartonne."

Financement participatif et green business,
l'exemple de l'entreprise Quadran

Sur son site web, l'opérateur Quadran flatte l'investissement participatif et nous donne des leçons de citoyenneté.

Quadran, désormais filiale de Total via Direct Energie, fut financièrement adossée à Tikehau Capital. — Sur la page concernant Saint-Saturnin-de-Lenne, on peut écouter à ce sujet l'audio n°3. On peut aussi consulter le trombinoscope du conseil de direction de Tikehau Capital. — Le parcours d'une entreprise comme Quadran, entre start up, fonds d'investissements (Tikehau), rachat par un empire industriel basé sur les hydrocarbures (Total), en passant par les aides publiques et un soupoudrage d'investissement participatif, illustre les logiques du capitalisme vert. Le capitalisme vert ou green business, à l'avant-garde du capitalisme tout court, n'a qu'un horizon : la recherche de nouvelles voies dans l'accumulation financière. — Il n'est pas impossible que des créateurs d'entreprise aient été animés d'une sincérité initiale. Mais rapidement, pour les stratèges, les communicants, les commerciaux, l'écologie n'est qu'un effet d'aubaine et une vitrine promotionnelle. Les structures qui encadrent les PME, les coordonnent, les alimentent pour en capter ensuite les dividendes, celles qui finissent souvent par les absorber, entretiennent avec la fonction écologique un rapport de pure instrumentalisation. Ce qu'il s'agit de rendre durable et renouvelable c'est le retour sur investissement, le contrôle des technologies matérielles, l'influence sociale, l'expansion des terrains de profits dans les multiples dimensions du temps et de l'espace.

L'échelle à laquelle ces entités opèrent est sans commune mesure avec le cadre de vie des diverses populations rurales. Nos territoires ne sont que de petites cibles à coloniser au service de comités d'actionnaires qui n'appartiennent pas à la même planète que nous.

Une stratégie de séduction

Inspiré par les lieux communs de la nouvelle rhétorique, les entreprises du green business accompagnent leur action d'un enrobage à prétention philanthropique. Confronter d'un côté la finalité de ces structures et de l'autre leur discours c'est découvrir un raffinement dans le cynisme. — C'est dire que la formule "le mensonge comme facteur de production" n'est pas une boutade mais correspond directement aux rouages de ce champ économique. Cette sophistication à la fois technologique, financière et rhétorique, l'écosystème de l'industrie éolienne l'expose admirablement devant nos yeux incrédules.

Le financement participatif correspond à des sommes marginales. Son but n'est pas de répondre à de vrais besoins en capitaux. Les petits investisseurs sont recherchés pour être exhibés, la participation d'habitants est destinée à l'affichage (avec éventuellement quelques bribes de dissémination d'acceptabilité locale). Ainsi, sur son site, Quadran précise que seuls les résidents des départements concernés par tel ou tel projet ont le droit de participer. Pour l'opérateur-communiquant il s'agit de disposer d'un signal de proximité sans trop s'encombrer de figurants inutiles. — Sur tous les projets de production d'électricité dite renouvelable Lendosphère n'a pas collecté plus de 8 millions d'euros en 2018. À titre d'exemple, ce montant est à comparer aux 30 millions d'euros levés en 2014 par la seule entreprise Quadran auprès d'un investisseur — réel celui-là — Salvepar, filiale de Tikehau.

Actualité de l'entreprise Quadran (filiale de Total via Diect Energie) :
- 2018, Quadran Energies Marines s'est récemment alliée à Shell et au groupe de construction navale belge Deme pour fonder un consortium d'énergie éolienne en mer sous le nom-écran de Moulins de Flandre. —
- Février 2019, le projet des Monts-Jumeaux (Adennes) défendu par l'entreprise Quadran est rejeté par le préfet.

Réactions municipales, mobilisation de terrain,
luttes juridiques

Avant de terminer ce compte rendu partiel, évoquons l'avancée du recul des saccages annoncés sur deux territoires proches de la Châtaigneraie.

Les liens vers les associations sont regroupés page précédente.

Plateau du Coyan (Cantal)

Avec certains navigateurs la carte IGN ne se charge pas. Fonctionne avec Firefox.
Sur le plateau du Coyan, le promoteur partait avec un handicap. Le territoire choisi était dans l'aura des sites "emblématiques" du Plomb du Cantal et du Puy Mary

Le projet éolien du plateau du Coyan (projet dit parc de Salvaque), entre Aurillac et les monts du Cantal, a fait depuis plusieurs années l'objet d'un combat opiniâtre. À la pointe de l'action : l'association Vent des Crêtes.

Voir informations données par l'association Vent des Crêtes lors de la précédente réunion à Montsalvy.

En 2012, les conseils municipaux de Velzic et Polminhac, la communauté de communes Cère et Goul en Carladès, s'étaient déclarés favorables au projet. Mais en janvier 2015, l'enquête publique s'est soldée par un avis négatif du commissaire enquêteur. En juin 2015, le Préfet du Cantal publie un arrêté refusant le projet. En septembre 2015 et mars 2016, l'opérateur dépose ses dossiers devant le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand en appel contre l'arrêté préfectoral. Cet appel est rejeté en janvier 2018. Le dénouement de l'affaire est actuellement suspendu à la décision de la Cour d'appel de Lyon, juridiction saisie par le promoteur EDF Energies nouvelles (filiale d'EDF rebaptisée depuis septembre 2018 EDF renouvelables). Le résultat est attendu en juillet 2019. — À chaque étape d'instruction administrative ou judiciaire l'association Vent des Crêtes a marqué des points. Pour cela, elle a dû produire un important travail d'argumentation, d'organisation de l'expression individuelle et associative des citoyens ainsi qu'un gros effort de construction de dossiers. Dans les dernières phases elle a recouru aux services d'un avocat.

Xaintrie (Dordogne)

La Xaintrie en Dordogne. La société Veolia Environnement via Eolfi via la filiale d'Eolfi Parc éolien Corrèze 1 veut implanter un parc de dix éoliennes de 200 mètres de hauteur sur les communes de Camps, Sexcles et Mercœur.

C'est en 2013 que l'inquiétude se répandit sur la Xaintrie. Un mat de mesure était alors installé et de nombreux habitants commencèrent à se préoccuper des projets éoliens.

Un adjoint au maire de Mercœur, défenseur du projet déclarait à La Montagne : "On s'est dit que c'est une opportunité, mais on n'imaginait pas que ce projet suscite tant d'interrogations par rapport aux paysages. De toute façon, notre intention n'est pas de devenir un parc naturel avec des Indiens". — Toujours cette même simplification qui écrase le débat dans des choix ridicules, avec au passage une caricature concernant les Indiens sur laquelle il y aurait beaucoup à dire. — Le propos de cet élu manque d'autant plus de pertinence que les prospections des technico-commerciaux et leurs arguments pour séduire les autoctones du Massif central obéissent à un schéma colonial en terre indigène. Les loyers et reversements correspondent à des rentes captées passivement par des propriétaires de terrains dissociés de l'intérêt commun. Les reversemments aux communes, communautés de communes et départements sont des effets d'aubaine qui ne favorisent pas le dynamisme et déclassent les campagnes en espaces répulsifs. Les élus qui se portent volontaires, parfois naïfs ou complexés, démontrent qu'ils sont prêts à accepter tout ce qui brille comme finances faciles et modernité trompeuse.

tehuantepec éoliennes

Dans l'isthme de Tehuantepect (sud du Mexique) :
la logique coloniale de l'industrie éolienne

La remarque du conseiller municipal de Mercœur sur les « parcs naturels avec des indiens » est l'occasion d'évoquer la situation des peuples autochtones confrontés aux projets éoliens, en l'occurence celle des indiens du Mexique. — Pour complément sur le mépris social, avec exemple de population qui défend ses droits et son territoire... Cliquer vers page de complément

Alors qu'en 2010 il avait soutenu le projet d'EOLFI par sept voix pour et quatre contre, en 2015, le conseil municipal de Sexcles, prenant argument d'une modification du projet, organise un nouveau vote. Cette fois-ci, le résultat s'inverse : une voix pour, un vote blanc, huit voix contre. Le caractère consultatif de ce type de vote n'enlève rien à son importance.

L'enquête publique a eu lieu du 7 janvier au 5 février 2019. Elle est en cours d'analyse sous la supervision du commissaire enquêteur.

Mme Guérin précise : "Après, il y aura les commissions départementales nature et sites, puis la décision préfectorale."
Elle ponctue : "Pour nous, c'est clair, il aura zéro éoliennes !"

Mise à jour :


Le 20 mars 2019, la commission d’enquête publique du parc éolien « du Deyroux », sur les communes de Camps-Merœur-Sexcles a émis un AVIS DÉFAVORABLE au projet de dix éoliennes industrielles d’EOLFI. Conclusions de l'enquête publique.